Pauline - Je lis donc je suis

6 mai 2014

Peut-on vivre sans aimer ?

Sentiment 26 - Gemma Malley

Tous les sentiments ont été bannis de la Cité, la haine comme l'amour. Ses habitants ont subi une lobotomie afin de garantir la paix. Étiquetés de A Admirable, à D Déviant, ils vivent dans une harmonie artificielle. Pourtant Evie, seize ans, aime Raffy en secret depuis toujours. Et lorsque le Système ordonne de l'expulser sur les terres des Maudits, elle décide de fuir avec lui. Mais au-delà des murs de la Cité se dresse le plus grand mystère qui soit. Quand on sort du Système, nul ne sait ce qu'il advient de vous...

Voici un livre que j'avais très envie de lire : il figurait depuis longtemps dans ma wishlist (j'avais profité de la vente privée Michel Lafon pour me l'acheter). J'ai déjà lu il y a quelques années La Déclaration de la même auteure et il m'avait bien plu. De plus, mon amie Océane (de chez OceanReader, sur Skyrock) avait plutôt aimé. En bref, j'avais envie de le lire ; ce qui est chose faite !

En refermant ce livre... J'étais assez mitigée. Sentiment 26 est un bon livre, sans être exceptionnel MAIS attention : ce n'est pas non plus une grosse bouse à éviter... Je vais commencer par le négatif car le livre l'est au début ! Pour commencer, c'est la couverture que j'ai trouvée vraiment très moche : de loin, ça peut aller, mais de près... Le visage de la fille n'est pas beau à regarder ! En fait, c'est carrément le livre lui-même qui n'est pas super : le dos et la quatrième sont de la même couleur (gris monotone) et la police d'écriture pas top.
Malgré l'extérieur un peu bof, les choses s'améliorent un peu quand on entre dans le livre. Étant fan de dystopie, j'apprécie presque toutes les histoires dont la société n'est pas la même que dans celle que je vis - et c'est le cas ici. Le système dans le lequel vit Evie prône le bien, et donc, par opposition, interdit et punit le mal. Si cela semble bizarre à lire, c'est pire dans un ou deux chapitres : l'auteure part dans un délire pas possible ;où elle raconte qu'Evie ne se sent pas à sa place, elle éprouve toujours des sentiments, fait toutes les nuits le même rêve... Je ne dis pas que c'est ennuyant d'expliquer l'univers de l'histoire ; seulement, un petit chapitre suffisait. Hors là, on se farcit deux ou trois chapitre sur le bien et le mal ; on "perd" de l'histoire et c'est pas forcément très intéressant.

Heureusement que du positif est arrivé ensuite ! Ce qui est vraiment top dans ce livre (et pourtant, ce n'est pas original du tout !), c'est le triangle amoureux entre Evie, Raphaël et Lucas (deux frères). A la base, Evie est promise à Lucas mais aime en secret son frère. Elle est persuadée que Lucas est un monstre sans sentiments, qui a fait tuer son père et ne se soucie que de lui - c'est également ce que j'ai cru. Mais est arrivé le moment où Raphaël et Evie ont du s'enfuir : c'est là, à ce moment précis, que je me suis dit "ça y est !!! enfin, j'aime ce livre !" Lucas est un personnages exceptionnel, peut-être le meilleur du roman - bien que j'hésite encore entre lui et son frère ! Vraiment, ce personnage m'a chamboulée.
Quant aux autres, je me suis beaucoup attachée à Raphaël mais je l'ai trouvé beaucoup trop gamin au début : il a la chance de pouvoir s'enfuir de la Cité avec celle qu'il aime.. Mais il lui fait la tronche ? Vers la fin, le personnage mûri enfin, ce qui fait que je l'ai beaucoup aimé, d'autant plus qu'il est raide dingue d'Evie... Elle même qui commence à développer des sentiments pour Lucas. Pour Evie, même chose : je ne sais pas si je l'ai bien aimée... Elle est très naïve mais attachante... En ce qui concerne Linus, Martha, le Frère et tous les autres (qui ne sont pas si nombreux), nous en apprenons tellement peu sur eux que je ne sais pas quoi en penser !

La fin du livre a tout de même rattrapé le début laborieux avec Lucas qui décide de rester dans la Cité. Je suis tout de même restée sur ma faim car j'espérais un peu plus de ce livre comme par exemple une révélation ahurissante ou un retournement de situation complètement impensable. De plus, l'écriture de Gemma Malley n'est pas exceptionnelle : les phrases sont plutôt courtes et elles ne sont pas pleines de suspense... Il y aurait pu avoir de superbes scènes d'action ou d'amour mais finalement, ces dernières sont un peu plates.

Enfin voilà, je crois que j'ai plus ou moins fait le tour de cette lecture : ce n'était pas une déception en elle-même, j'ai passé un moment agréable et je lirais le second tome s'il y en a un, mais par rapport à mes attentes, je suis déçue. Sentiment 26 est une dystopie jeunesse qui aurait pu être plus développée (notamment du côté triangle amoureux) et dont l'écriture n'est pas époustouflante. Si vous souhaitez lire un roman de cette auteure, je vous conseille La Déclaration, qui (dans mes souvenirs) est un bon livre.

Très bon - Bon - Agréable - Moyen - Laborieux
Éditions : Michel Lafon
Genre : Dystopie
Parution : 2012

Petits mots :

Partager une pensée

Je lis & je réponds aux commentaires !