Mytho story | Une revisite originale mais bancale


Ce n’est pas pour rien que j’ai fait six années de latin… Je suis passionnée depuis toujours de mythologie grecque et romaine. A l’époque, j’avais adoré Percy Jackson ! Alors, à la sortie de Mytho story, j’ai tout de suite été intriguée par ce titre mêlant mythologie et technologie. Malgré de bonnes idées, ce roman ne m’a pas entièrement convaincue : je vous explique pourquoi !

Toute la vie d'Ariane s'étale sur les réseaux sociaux, dans les tabloïds et, bien sûr, à la télévision. Sa famille, la famille royale de Crète, est en effet l'une des plus célèbres de tous les temps ! Son plus gros succès ? La compétition du Labyrinthe des héros, un show à nul autre pareil au cours duquel Ariane guide quatorze adolescents dans un labyrinthe pour qu'ils tentent d'y tuer un monstre, le Minotaure. Celui qui y parviendra récoltera la gloire éternelle. Les perdants, eux, une condamnation à mort. En dix ans, personne n'est jamais ressorti vainqueur du labyrinthe. Mais quand le jeune et séduisant Thésée est désigné pour participer à la terrible épreuve, Ariane peine à se retenir de l'aider. S'il l'emporte, la compétition sera à jamais close, sa famille ruinée, et le Minotaure mourra. Or l'existence de ce monstre est la seule qui compte vraiment pour Ariane... Alors que sa vie est scrutée par tous, et prédestinée par les dieux, comment la jeune fille pourra-t-elle trouver un moyen d'écrire son propre avenir tout en sauvant ceux qu'elle aime ?

Un “hunger games chez les grecs”, c’est ce qui nous est vendu par l’éditeur. Sur le papier, c’est vrai : chaque année, 14 adolescents sont envoyés à la mort, portant l’espoir de sortir vainqueur de leur combat contre le Minotaure, ce dernier étant enfermé depuis plus de 10 ans dans son labyrinthe mortel. Toutefois, si cet événement est à la base du roman, il est loin d’être au centre du récit. Au contraire, nous sommes plongés dans les coulisses, entre les caméras omniprésentes, les mensonges et arrangements réguliers, sans mentionner les tricheries et scénarios préparés à l’avance. Ce n’est pas une mauvaise chose - en tout cas, j’ai apprécié être plongée au sein de cet univers qui semble être fait de paillettes, alors que la réalité est tout autre !

Malgré cette idée intéressante, le roman manque de saveur. Avant tout, j’ai trouvé le rythme du récit assez inégal. Dans une grande partie, on est plus dans la contemplation que l’action, et quand cette dernière arrive, les choses vont trop vite et se bousculent. On y perd en logique et c’est bien dommage. De plus, les chapitres ont beau s’enchaîner rapidement, je n’ai pas retrouvé la sensation oppressante et le stress permanent que j’avais éprouvé lors de ma lecture de Hunger Games.

"La destinée est semblable à une vague immense. Chacun de nous est libre de la dompter ou de se laisser entraîner vers l’abysse. [...] C’est nous qui forgeons notre avenir. Quel que soit le chemin que nous empruntons, c’est la destinée qui vient à notre rencontre. Alors, qu’arriverait-il si tu te hissais sur la crête de la vague ?"

Mais finalement, ce qui m’a surtout posé problème avec ce roman, ce sont les quelques remarques disséminées au fil de l’histoire. Non seulement on juge les personnages sur leur physique - Ariane est qualifiée de “repoussante” lorsqu’elle n’est pas totalement épilée, et ses sœurs sont tout simplement considérées comme des salopes, qui couchent à droite à gauche et sont toujours vêtues de façon très courte. Sympa, comme discours. Mais se pose surtout la question du consentement : à plusieurs reprises, j’ai été choquée de voir les personnages subir leur sort. En particulier Ariane, qui doit endurer une épilation totale contre son gré, ou qui plus tard se voit forcée de boire de l’alcool pour plus facilement coucher avec Thésée (devant les caméras, cela va de soi !). Sans oublier ce dernier, qui lui impose le spectacle insoutenable - jusqu’à vomir - d’une mise à mort.

Bref, vous l’aurez compris, Mytho story est une lecture en demi-teinte. Si on fait abstraction des remarques plus que limites concernant le physique et le consentement, c’est un roman intéressant, qui revisite un mythe classique. Il dénote également par les messages sous-jacents concernant l’impact des réseaux sociaux et des émissions de téléréalité. On est loin de La sélection qui n’avait pas su tenir ses promesses à ce sujet ! Pour finir, si vous souhaitez un avis tranché sur ce livre, mon meilleur conseil est : lisez-le !

En quelques mots 
+ l’adaptation d’un mythe et l’aspect téléréalité / réseaux sociaux 
- des remarques très limite et un manque d’action 

Ma note : 3/5

8 commentaires:

  1. Je savais même pas que ce roman existait mdr 😂 Bon à vrai dire, malgré le concept plutôt original, le livre ne me tente pas énorme. Et au vu des points négatifs que tu mentionnes, je ne suis clairement pas convaincue que le roman me plairait. 😬

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour ma part, j'ai pas mal vu passer ce livre sur les réseaux! C'est surtout la curiosité qui m'a poussée à le lire, mais s'il ne t'intéresse pas, il vaut mieux passer en chemin en effet :)

      Supprimer
  2. Que c'est dommage ! J'adore la mythologie et ses réécritures alors j'étais vraiment tentée par ce livre, mais ce que tu dis me repousse un peu. Surtout quand tu parles des propos et attitudes que peuvent avoir certains personnages.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que certains passages sont vraiment moyens, mais si tu aimes la mythologie je t'invite quand même à le lire, je pense que tu pourrais apprécier ! C'est une revisite originale , c'est sympa (mais en dessous de Percy Jackson évidemment :p)

      Supprimer
  3. Oula ce que tu dis ne me donne pas envie de lire ce roman (et comme je n'ai pas lu hunger games, la phrase de l'éditeur ne me donne pas envie).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, tu n'as pas lu Hunger Games? Si l'envie te prend je te recommande chaudement cette série! Elle est bien plus addictive et explosive que ce roman :)

      Supprimer
  4. L'histoire me botte pas mal mais, je t'avoue que les petites remarques que tu mets en avant me refroidisse un peu... On verra !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est le genre de roman qui se lit vite... mais qui s'oublie vite aussi ! J'espère qu'il te plaira si tu tentes ta chance.

      Supprimer

Je lis et je réponds aux commentaires !

Créé par Pauline LF. Fourni par Blogger.